Daybreakers

Publié le par Herodonte

Metropolitan FilmExport

Synopsis : En 2019, les vampires ont pris le contrôle de notre planète. Les humains ne sont plus qu'une petite minorité, entretenue uniquement pour nourrir la population dominante. Edward Dalton est un vampire qui travaille dans la recherche. Il refuse de se nourrir de sang humain et oeuvre sans relâche à la mise au point d'un substitut qui pourrait à la fois nourrir ses semblables et sauver les derniers spécimens d'hommes.

Mon avis :

Déjà que sur le papier c'était peu intéressant mais à la vision du film, le constat est bien pire. Éventuellement, la société version vampire est la chose qui se révèle la plus intéressante... Et encore !

Nous suivons le destin d' Eward, un vampire pas comme les autres puisqu'il est très gentil et ne songe pas une seconde à boire une goutte de sang. Il aide à trouver un substitut au sang humain pour pouvoir ainsi sauver l'espèce des vampires mais aussi celle des humain... Trop gentil le Edward ! Mais, bien sûr, cela n'est pas facile et il échoue à plusieurs reprises... Cependant, lors d'un accident de voiture, il va se retrouver avec un groupe d'humains en fuite... Plus tard, il essayera de les aider. Parce qu'il est gentil.

Cet accident de voiture, qui impliquera ensuite la rencontre entre Edward et quelques humains, est l'évènement qui caractérise au mieux l'ensemble du film. Banal, explications à la va-vite, mauvais goût. En effet, il est perturbant de voir à quel point Edward prend vite sa décision d'aider les humains alors qu'il les a vu environs quinze secondes... Le reste sera pareil. Dans un claquement de doigts, du jour au lendemain, le personnage principal décide de devenir un renégat.
Généralement, les personnages sont des caricatures de série B de piètre qualité. Profondeur des personnages: néant, retournement de situation: déjà-vu. Tout est prévisible. C'est exaspérant de voir ça surtout quand on constate la qualité du casting: Ethan Hawke, Sam Neill, Willem Dafoe... Ce ne sont pas des petits joueurs et pourtant ils cabotinent tout le long, sans grande conviction. Il y ab bien Ethan Hawke qui essaie de faire quelque chose mais rien n'y fait. Lorsqu'il redevient humain ( Ce n'est pas une surprise et c'est assez tôt dans le film), les réalisateurs et l'acteur ne parviennent à aucun moment à insuffler de l'émotion.

Et c'est là que je décide de faire un parallèle avec Equilibrium où dans lequel on parle également de "retrouver son humanité". La scène où le personnage joué par Christian Bale découvre les sensations, les émotions est milles fois plus emplies de poésie ( Par rapport à Daybreakers, hein.) que celle de Daybreakers. Pourtant, les deux utilisent le même symbole. Le soleil.

J'ai finis ma digression et j'en reviens donc à Daybreakers. Les frères Spierig avaient une bonne base pour faire quelque chose de sympathique. Malheureusement, c'est très très très banal ( Oui, je me répète. :d) mais en plus, ils se permettent d'être vulgaire en ce qui concerne la photographie que je trouve très laide. Sans compter, la musique pompier qui parsème tout le long du film. Je ne parle même pas des effets spéciaux, vu le budget du film c'est le plus excusable, qui sont pour la plupart ratés et de mauvais goûts encore une fois.

Comme vous avez pu le comprendre en lisant ma critique, Daybreakers est un très mauvais film qui arrivera à peine à vous divertir.

Ethan Hawke et Willem Dafoe. Metropolitan FilmExport


Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article