Docteur Folamour

Publié le par Herodonte

Action Cinémas / Théâtre du Temple

Synopsis : Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d'empoisonner l'eau potable des États-Unis, lance sur l'URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d'isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des Etats-Unis, convoque l'état-major militaire dans la salle d'opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation.

Mon Avis :


Oui je sais que pour certains c'est un peu la honte de voir seulement maintenant ce chef-d'oeuvre de Stanley Kubrick mais bon vaut mieux tard que jamais. Tout d'abord, je voudrais me concentré sur la performance des acteurs. Ils sont tous excellent même si Peter Selles et George C. Scott ou encore
Sterling Hayden sont au dessus. Cela doit être le film de Kubrick où les acteurs sont plutôt libre. ( Surtout Sellers)

Peter Sellers a dans ce film un triple et s'en sort de chacun d'une magnifique façon notamment le fameux Docteur Folamour, un ancien scientifique nazi récupéré par les américains à la fin de la seconde guerre mondiale.
Peter Sellers. Action Cinémas / Théâtre du Temple
Le film est donc une comédie noir, une satire des hommes politiques, des États-Unis ou encore de l'armée. mais Docteur Folamour vient plus loin que la simple comédie. Premièrement, parce que c'est quand même Stanley Kubrick derrière la caméra. Deuxièmement, c'est une oeuvre assez profonde.

Tout d'abord, il faut se remettre dans le contexte historique de l'époque. Nous sommes en pleine Guerre Froide. En 1962, il y a eu ce qu'on appelle la Crise des missiles de Cuba. Grossièrement, les États-Unis repèrent des missiles soviétiques sur l'ile de Cuba qui sont pointés vers leur pays. S'ensuit alors un embargo américain sur Cuba. Le monde se retrouve alors au bord d'une guerre nucléaire.
C'est là qu'il faut au moins reconnaitre à Stanley Kubrick d'avoir où le courage de faire son film après une telle tempête.
Sterling Hayden et Peter Sellers. Action Cinémas / Théâtre du Temple
Pour ma part, j'ai cru avoir les idées mal placés dès l'intro du film en voyant des avions "copulé" mais finalement mon impression se confirme par la suite. En effet, je pense ( et par toutes les analyses que j'ai pu lire sur le net) que Kubrick associe le pouvoir au sexe. Le général Jack ripper en est l'exemple parfait. Le personnage se sentant bafouer dans sa virilité ( les fluides) déclenche une fin du monde. Le général Turdgison aussi. Un personnage "actif" ( sa secrétaire) contraste beaucoup avec le personnage du Président un peu mou. D'ailleurs, le seul à avoir une éthique... Cette impression est renforcé par la dernière image du film du Docteur Strangelove, personnages qui retrouve ses "tics du nazisme", où celui se lève (une érection ?) car étant finalement le seul à avoir un plan. Evidemment, le film a d'autres interprétations.

Stanley Kubrick, à travers son film, dénonce les politiciens et leurs magouilles ou tout simplement leurs bêtises. La stupidité des projets militaires qui, au lieu de préserver une nation, offrira notre fin à tous ou encore la société américaine.( à travers la "scène coca-cola")
Sans oublier que le film est franchement drôle même si quelques scènes de l'avion sont un peu ennuyante. L'un des  meilleurs de Kubrick pour moi.

"It would not be difficult, Mein Führer. Nuclear reactors could - heh, I'm sorry, Mr. President - nuclear reactors could provide power almost indefinitely."




Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article