Enter The Void

Publié le par Herodonte

Wild Bunch Distribution

Synopsis : Oscar et sa sœur Linda habitent depuis peu à Tokyo. Oscar survit de petits deals de drogue alors que Linda est stripteaseuse dans une boite de nuit. Un soir, lors d'une descente de police, Oscar est touché par une balle...

Mon Avis :

Un nouveau film de Gaspard Noé est sur nos écrans ! Comment ? Une partie de la salle insulte ce nom. Quoi ? L'autre partie applaudit. Mais pourquoi tant d'avis différents ?! C'est simple. Trois films avant Enter The Void ont forgés la réputation de Gaspard Noé.
Pour commencer, cela commence avec Carne et Seul contre Tous. Un moyen-métrage(Carne) qui précède le long-métrage (Seul Contre Tous) et qui sont liés par une même histoire. Grossièrement, l'histoire d'un boucher ( qui par la suite ne le sera plus) qui a une relation incestueuse avec sa fille, qui se retrouve en prison pour ça et qui en sort avec la vengeance comme étendard. C'est vraiment un résumé assez rapide et selon mes souvenirs. Un film que je trouve assez bavard, pas inintéressant mais un peu lourd. Seul Contre Tous marque surtout pour la relation Père-fille. Inceste, infanticide...

Le véritable choc sera, comme vous vous en douter , Irréversible en 2002. Il fera scandale à Cannes. Surtout pour une scène de viol qui dure près de 8 minutes. Un film hypocrite dans sa forme et provocateur même si le réalisateur le cache. Cependant, c'est un film qu'il faut regarder si on veut comprendre le bonhomme. Surtout avant d'aller Enter The Void. Ce dernier étant l'aboutissement du travail de Gaspard Noé.

Wild Bunch Distribution


Revenons à ce qui me fait écrire un article. Enter The Void. Il faut avouer que c'est assez dur d'écrire quelque chose dessus vu que c'est surtout de de l'ordre du ressenti. C'est vraiment une expérience. Une expérience bien plus puissante que de la très bonne 3D.
Tout d'abord, je trouve que visuellement le film est une réussite. Profusions de couleurs. De nuances. De différence. Tout cela donnait au tout quelque chose d'agréable. D'ailleurs, je trouve Tokyo tout simplement sublime. Il y a pleins d'idées sur le visuel. C'est vraiment bien fait. Ça m'a "touché". Et j'aime beaucoup le générique que beaucoup trouve agressif.
Pendant une petite partie du film, la meilleure, on est en vue subjectif. On voit ce que le personnage d'Oscar voit. Le réalisateur pousse le vice à faire transparaitre les battements de cils. Un moment intéressant car on voit ce que Oscar voit sous l'emprise du DMDT. Cette partie est impressionnante de maitrise et la fin ( toujours de cette même partie) est vraiment prenante. J'ai sursauté... Car j'attendais, j'attendais...
Dans la majeure partie du film, Gaspard Noé continue et pousse plus loin ce qu'il avait commencer sur Irréversible. Cette caméra qui virevolte, plane au dessus de notre tête. Il y a des plans similaires entre les deux films. Une réalisation qui est en totale adéquation avec ce qui arrive au protagoniste. Cependant, je peux comprendre que ce procédé ennuie les gens. Un procédé qui peut sembler répétitif ou tout simplement chiant.
Un petit mot sur les acteurs. Je les trouve vraiment bon. Ils ont une certaine fraîcheur. C'est une bonne surprise pour des inconnus du grand public.

Le film a aussi un fond. C'est ce qu'on a souvent reprocher à irréversible, de n'avoir finalement rien à dire.
Enter The Void parle de la mort, de réincarnation mais aussi de la vie. Que tout peut basculer n'importe comment, n'importe où. De la sexualité. Une sexualité dure qui engendre toujours une forme de violence (Inceste dans Seul Contre Tous, Viol dans Irréversible et ici avortement). Une sexualité qui entre dans ce cercle. Finalement, c'est toujours la même chose. Le même chemin. C'est toujours un retour au commencement. Cette idée,que je ne pense pas être complétement fausse , est renforcé par les références disséminés à travers le film comme l'urne, les plaques de la gazinière ou encore le tunnel circulaire. Il y a beaucoup de chose à dire et j'ai hâte de le revoir pour définir exactement les idées que j'ai pu y voir. Pour être franc, je ne pense pas avoir tout compris au film et de toute façon ce n'est pas vraiment le but de Gaspard Noé. C'est un film qui laisse libre à de nombreuses interprétations.

L'expérience est vraiment physique à certains moment de la séance. On se sent un peu à bout de souffle... C'est vraiment bizarre. Peut-être trop long d'un bon quart-d'heure. Un film qui ne plaira pas à tout le monde, c'est évident.

Wild Bunch Distribution


Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article