Faster

Publié le par Herodonte



Synopsis : A sa sortie de prison, le Conducteur n’a qu’une idée en tête : venger le meurtre de son frère, tué au cours du braquage qui a mal tourné et l’a lui-même envoyé derrière les barreaux pour dix ans. Redevenu un homme libre, il peut enfin se consacrer aux missions dont il a fait la liste précise…

Mon avis :

FINALLY THE ROCK HAS COME BACK TO ACTION MOVIEEEEEES !!! Si vous ne comprenez pas, ce n'est rien. L'important reste tout de même de comprendre pourquoi Faster est ma bonne surprise de ce mois de Mars.
C'est mon petit coup de coeur tout simplement parce qu'il est maintenant assez rare de voir des films de vengeance comme on en faisait dans les années 70 avec un petit côté eighties. Et surtout, malgré les apparences, il y a un minimum de travail sur le scénario. Pour ce type de film, c'est rare.

   Tout d'abord, le film est à l'image de son personnage principal incarné ( et de sa séquence d'introduction où le Conducteur sans un mot tue un type et part comme une fleur. Toujours sans rien dire.) par Dwayne Johnson, il va droit au but sans se perdre dans des palabres inutiles. Dans Faster, seul les actes comptent. On ne s'émancipe pas car on a pas le temps. Alors, on dit beaucoup de choses à travers les regards, les non-dits. On arrive à cerner les personnages de cette façon.
Des personnages beaucoup plus complexe qu'il n'y parait. Cela ne respire pas l'originalité mais on évite les grosses caricatures. Néanmoins, le personnage le plus intéressant est celui du Tueur joué par l'inconnu Oliver Jackson-Cohen. C'est un tueur qui ne ressemble à aucun archétype qu'on a l'habitude de voir. Il vit en couple, veut se marier, consulte son psy pendant les missions et c'est un ancien pro de l'informatique... Personnage qui frôle souvent le grotesque mais qui arrive à avoir de la consistance et il en devient même presque attachant.

   La mise en scène est efficace. Très nerveuse. Cependant, le réalisateur abuse souvent de quelques ralentis inutiles et c'est également un peu trop auto-référencé. Par exemple, il emprunte quelques tics de mise en scène à Sergio Leone ( le jeu des regards, de l'attente etc etc). C'est pas bien méchant mais ça manque un brin d'originalité à ce niveau-là.
Les scènes d'actions sont simples ( la scène de la course-poursuite avec la police vaut le coup d'oeil ) mais plutôt bien mis en valeur. On évite ici -en partie- le problème " clippeur". Les plans durent plus de 4 secondes. C'est assez rare pour le souligner...
Faster possède un excellent rythme malgré son schéma narratif répétitif ( le Conducteur tue un type et va tout droit au prochain et ainsi de suite). Un excellent rythme parce que comme je l'ai dis au dessus, on va à l'essentiel. On ne parle pas trop et surtout on agit. Les 1h38 passent assez vite. Aucun temps mort.

   La B.O est plutôt bonne et s'intègre bien au film. Clint Mansell fait un travail honorable mais pas transcendant. Ce qu'on retient surtout ce sont certains titres comme ceux du groupe anglais The Heavy. Le mélange de Rock et de Soul apporte un petit plus sympathique.

Faster n'est pas un grand film mais ça fait sacrément du bien de voir ce genre fait à "l'ancienne". On essaye pas de faire de la psychologie de plafond comme on en voit trop souvent dans les longs-métrages contemporains souvent trop bavards. Et surtout, on ne fait pas la morale. Le Conducteur ira jusqu'au bout de sa vengeance et cela sans remords.
A noter la bonne prestation de Billy Bob Thornton et de Dwayne Johnson. Ce dernier arrivant à faire passer beaucoup d'émotions à travers son gabarit très imposant et avec peu de mots.

Sony Pictures Releasing France





Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article