La Colère des Titans

Publié le par Hérodonte

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/82/23/20043761.jpg

Mon avis :

Après le Choc, la Colère. Après le "frenchie" Letterier, Liesbesman l'américain. Deux incapables à la barre d'une grosse production Warner. Et deux fois, le spectateur se fait avoir. Pour ma défense, c'était le seul film qui correspondait à mes horaires... Mais revenons au film.
Letterier est devenue sur cet opus le producteur exécutif laissant Jonathan Liebesman à la réalisation de celui-ci. Un Liebesman qu'on connaît pour nous avoir offert l'année dernière le navet apocalyptique; World Invasion : Battle Los Angeles. Un formidable gage de nullité ! Nous retrouvons Persée incarné par l'inexpressif Sam Worthington se retrouvant une nouvelle fois en train de sauver le monde des humains car Grand-Papa Chronos veut détruire la Terre pour se venger de ses fils, Zeus et Hadès, qui autrefois l'avaient emprisonné. C'est sur ce postulat que La Colère des Titans* va tenter de divertir le spectateur.


   Dès les premières minutes, on sent que la sauce ne va pas prendre. Lorgnant sur la thèse shakespearienne du Thor de Kenneth Branagh, le film se perd inutilement dans des propos ridicules sur le rôle de la famille n'assumant alors pas réellement son rôle de film bourrin no-brain. En effet, nous avons le droit à des considérations sur le rôle du père (Persée s'occupe seul de son fils à la mort de son épouse), sur l'entraide entre frères ennemis ou encore sur un fils mal-aimé. Si Thor n'était pas extraordinaire, il avait le mérite d'avoir un peu travailler son sujet. Le personnage de Loki en était presque touchant. Dans La Colère des Titans, c'est mal exploité, très réduit et sert grossièrement à nous donner une morale des plus classiques avec des textes digne d'un chroniqueur de chez Morandini. Sans compter que je ne parle même pas de l'histoire d'amour (pourquoi faut-il toujours en avoir une ?) ajoutée complétement à l'arrache dans le film... Pourquoi ne pas avoir enlever tout ce superflu et nous donner une histoire bête et méchante mais diablement plus efficace au niveau du rythme, du spectacle ? Trop de pourquoi peut parfois vous tuer un film.

   D'ailleurs, un spectacle pas si enthousiasmant. Évidemment, tout second opus hollywoodien qui se respecte doit en mettre deux fois plus dans les mirettes du spectateur. Et le cahier des charges est respecté à ce niveau-là pour La Colère des Titans. Plus de monstres impressionnants, plus de combats, plus d'explosions, plus de pièges et de casses-têtes... Malheureusement, cet ensemble est filmé par Liebesman et c'est donc une catastrophe. Il ne sait jamais où mettre sa caméra et ne parvient pas à retransmettre l'héroïsme épique d'une fresque mythologique comme on nous l'a vendu. Jamais le frisson ne vient parcourir le spectateur malgré des scènes qui sont sensée "vendre du rêve" comme celle où Persée sur Pegasus s'élance,  armé d'une lance surpuissante, vers le géant Chronos détruisant tout ce qui existe autour de lui. Mais la mayonnaise ne prend pas et la scène devient insipide. Toute l'impuissance du film à devenir un bon divertissement tient dans le fait que les promesses faites ne sont jamais tenues, faute d'un talent derrière la caméra.

En conclusion, cette suite d'un remake d'un film des années 80 déjà pas terrible réussit son pari. Faire pire que son prédècesseur.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/87/40/32/20057608.jpg

*Film vu en 2D

1 e¦ütoile

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

selenie 03/04/2012 18:18

le massacre de la mythologie vu par Hollywood, en prime une 3D toujourrs aussi inutile... 0/4