Le Prestige

Publié le par Herodonte

Affiche française. Warner Bros.

Synopsis : Londres, au début du siècle dernier...
Robert Angier et Alfred Borden sont deux magiciens surdoués, promis dès leur plus jeune âge à un glorieux avenir. Une compétition amicale les oppose d'abord l'un à l'autre, mais l'émulation tourne vite à la jalousie, puis à la haine. Devenus de farouches ennemis, les deux rivaux vont s'efforcer de se détruire l'un l'autre en usant des plus noirs secrets de leur art. Cette obsession aura pour leur entourage des conséquences dramatiques...

Mon avis :

Entre deux Batman, Christopher Nolan a voulu faire une pause. Et cette pause, il le fit avec Le Prestige. Si le film semble bien peu ambitieux, il est sans doute le meilleur du réalisateur. Le Prestige se révèle intéressant, intelligent et remarquablement mis en scène.

Angier et sa femme ( Elle est la personne qui "subit" les tours du magicien) ainsi que Borden sont des assistants qui aident un magicien en attendant de faire leurs preuves. Angier est d'un caractère  mesuré. Il voit la magie comme un simple spectacle, un divertissement. Borden voit cette pratique différemment. Pour lui, c'est un art qu'il doit améliorer à chaque seconde de la vie et pour être le meilleur il faut savoir faire des sacrifices.
Lors d'un énième tour, Borden et la femme d'Angier décide de prendre un risque pour pimenter le spectacle. Malheureusement, cette dernière perd la vie. Angier rejette toute la faute sur Borden et ainsi commence cette spirale de compétition, de haine entre les deux magiciens...

Avec Le Prestige, Nolan revient à ses premiers amours du récit. On suit l'histoire d'une façon non-chronologique. Passé, présent se mélangent allègrement. Ce qui amène à une complexification de  la narration qui pourra en rebuter certains. Personnellement, je trouve l'ensemble parfaitement compréhensible.
La narration du film est aussi conçu comme un tour de magie comme on l'explique dans le film. "La première étape se nomme la «promesse», où le magicien montre au public quelque chose qui semble ordinaire, mais ne l'est pas. La seconde étape consiste en l'exécution, le «tour», où le magicien rend l'acte ordinaire extraordinaire. Le «prestige», titre du film donc, et étape finale de l'illusion, est la partie du tour de magie où l'imprévu se produit." Source Wikipédia. Cette idée qui fait allusion de manière appuyée au sujet du film permet également aux spectateurs d'être "hypnotisé"  comme devant un bon tour de magie. Jusqu'au dénouement final.

Si l'histoire constitue le gros point fort du film, il ne faut pas diminuer l'apport des acteurs dans tout ça. Christian Bale ( Borden) et Hugh Jackman ( Angier)- que je trouve d'habitude assez limité- arrivent  avec un certain talent à retranscrire cette passion, cette haine que les personnages subissent. Petit hic pour Bale qui, il me semble, essaye d'avoir un accent anglais sans y parvenir réellement.
Michael Caine - que j'adore - campe ici Cutter, un vieux sage du monde de la magie qui, malgré lui, assistera au spectacle de l'affrontement entre les deux hommes.
La reconstitution de Londres du siècle dernier semble assez fidèle. Cependant, elle ne constitue pas vraiment un autre "personnage" puisque la plupart de l'action se déroule dans des endroits clos comme les théâtres puisque c'est dans ces endroits où se déroulaient les spectacles de tous genres.

Grâce à une réalisation solide, maitrisée du réalisateur. On arrive plutôt bien à cerner quelles sont les enjeux derrière tout ça. Puisque Le Prestige porte une réflexion sur la jalousie, l'obsession et sur tous les autres thèmes cités plus haut dans l'article. Cependant, le film n'apporte pas forcément une vision nouvelle ou une quelconque originalité mais l'ensemble est assez bien fait pour apprécier.

Le Prestige est un excellent film. Peut-être le meilleur du Monsieur. De plus, à chaque vision, il me donne envie d'apprendre quelques tours...

Christian Bale. Warner Bros. France

3 e¦ütoiles et demi

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hérodonte 30/07/2010 14:56

Ah d'accord. Mea Culpa alors. Cependant, je trouvais pas ça très naturel. Pour Scarlett, je n'ai pas bien fait attention vu que son personnage n'est pas très longtemps à l'écran.

carrie 30/07/2010 08:00

bon film!c'est un meilleur qui est meilleur après chaque visionnage et c'est une des rares fois où je me suis dit que Jackman était un bon acteur!

BN:Bale est britanique ,il a l'accent des faubourgs et c'est Scarlett Johanson qui a un problème avec son accent anglais