Rencontres à Elizabethtown

Publié le par Herodonte

United International Pictures (UIP)

Synopsis : Chacun a droit à l'échec. Mais réussir un vrai fiasco, rater un projet de longue haleine auquel on croyait dur comme fer, ruiner d'un coup des centaines de vies, couler une boîte en 24 heures demande des dispositions particulières.

Mon avis :

Ah, Cameron Crowe ! Un réalisateur qui fait des films remplis de défauts mais qui ont toujours quelque chose de sympathique... Pour ceux que j'ai vu ! Et Rencontres à Elizabethtown ne déroge pas à la règle.

Comme dans la plupart de ses films, le personnage principal est déchu d'une position sociale acceptable, voir excellente ( Jerry Maguire, Vanilla Sky) qui se retrouve en prise avec des figures féminines qui le "domine".
Dans Rencontres à Elizabethtown, Drew (Orlando Bloom) vient de perdre 972 millions de dollars dans son projet de chaussures révolutionnaires. Laché par tout le monde dont sa copine, Drew pense à se suicider... Sauf qu'au moment du passage à l'acte, son téléphone sonne, il y répond, et sa soeur lui annonce que leur père est mort... Cela fait beaucoup en une seule journée mais Cameron Crowe ajoute toujours cette touche de dérision, d'humour qui évite au film de tomber dans le drame bien lourd. Finalement, Drew retourne dans la ville natale de son père pour y préparer les obsèques où il découvrira une fille farfelue, Claire ( Kirsten Dunst); qui lui fera comprendre le véritable sens de la vie.
C'est archi-banal, du déjà-vu des millions de fois mais l'ambiance générale du film est tellement entraînant qu'on regarde avec un certain plaisir Orlando Bloom et Kirsten Dunst ( et Susan Sarandon dans une moindre mesure) cabotinés, dans le bon sens du terme, tout le long.
Les comédiens sont content d'être là et cela se ressent à l'écran.

D'un point de vue de la mise en scène, Cameron Crowe ne prend  pas de risque même si quelques passages sont plutôt bien trouvé comme le rendez-vous dans un cimetierre ou encore la longue séquence de l'hôtel.
De plus, pour le réalisateur, la musique a beaucoup d'importance. Comme l'a dit lui-même le réalisateur, la musique a aussi quelque chose à dire. Le film passe de la musique de tout genre, de toutes les années. Ce qui apporte une véritable touche au film.
Cependant, la musique souligne un peu trop certains moments. Si vous n'avez pas compris ce qui se passait à l'écran, la musique vous le répétera... C'est un peu lourd.

Rencontres à Elizabethtown est un film assez banal mais qui dispose d'une bonne ambiance, d'une bonne humeur qui laissera le spectateur avec le sourire aux lèvres à la fin de la séance.

Kirsten Dunst et Orlando Bloom. United International Pictures (UIP)

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article