Tron : l'héritage

Publié le par Herodonte



Synopsis : Sam Flynn, 27 ans, est le fils expert en technologie de Kevin Flynn. Cherchant à percer le mystère de la disparition de son père, il se retrouve aspiré dans ce même monde de programmes redoutables et de jeux mortels où vit son père depuis 25 ans. Avec la fidèle confidente de Kevin, père et fils s'engagent dans un voyage où la mort guette, à travers un cyber univers époustouflant visuellement, devenu plus avancé technologiquement et plus dangereux que jamais...

Mon avis :

Le monde a changé depuis la sortie du premier Tron, film esthétiquement bluffant et révolutionnaire mais avec un scénario bien trop simple, en 1982. On se demande alors comment sa suite peut en faire autant et mieux en ce qui concerne l'histoire.
Cette suite, sous l'oeil de Steven Lisberger et de Disney, est confié à un novice et ancien architecte, Joseph Kosinski. C'est un choix assez couillu pour un projet bénéficiant d'un lourd budget. Mais revenons au film. Ce qui nous intéresse.

Walt Disney Studios Motion Pictures France

   Tout d'abord, si il y a bien un point commun entre les deux films c'est bien un scénario simple. Dans Tron : l'héritage, c'est tout aussi navrant. Navrant parce qu'on a le droit à la sempiternel relation père/fils sans aucune touche d'originalité. Navrant parce que les thèmes qu'il aborde sont à peine dessinés. Le film se veut  profond et sur tout les fronts mais c'est tellement grossier qu'on s'en moque un peu. Il veut aller sur le terrain de la confrontation humanité/ machine ( CLU veut aussi s'affranchir et être libre) mais cela ne fonctionne pas puisque les dialogues sont assez mal écrits. Je passe aussi sur l'allégorie super lourde de l'extermination des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale. Tron : l'héritage n'est pas d'une grande finesse, il faut l'avouer. Il faut rajouter à cela un scénario simple, pas très cohérent et un peu brouillon. On saisit pas tout de suite l'importance des ISO, par exemple. Peut-être dû à un problème de traduction mais j'ai eu un peu de mal à percevoir l'intérêt sur le moment.
  
C'est le premier long-métrage de Joseph Kosinski et j'ai été très attentif à sa mise en scène puisque j'avais très peur d'un montage ultra-cut pour masquer l'impuissance du récit. Mauvaise langue que je suis puisque c'est pas le cas, c'est un bon point. Ne nous emballons pas car c'est tout de même assez moyen. Dans les scènes d'actions, le réalisateur peine à leur donner de l'ampleur. Alors oui, on a pas mal à la tête mais on arrive pas à entrer pleinement dans ces scènes. Je vais nuancer quand même car les scènes d'actions sont assez jouissives mais pas assez pour être comme un fou dans son fauteuil.

Olivia Wilde et Garrett Hedlund. Walt Disney Studios Motion Pictures France


   Mais, il y a toujours un mais, dans d'autres domaines, le film s'en sort convenablement.
Évidemment, l'univers graphique binaire de ce nouveau Tron est splendide. C'est travaillé, lissé, magnifique. Les oppositions constantes entre le rouge et le bleu offrent aux spectateurs de belles images. L'architecture globale du film est fabuleuse. C'est assez innovant même si Joseph Kosinski remet au goût du jour des inventions qu'on voyait déjà dans le premier Tron comme la moto, le frisbee ou encore les tenues. Du côté esthétique, je suis donc conquis. J'en ai pris plein les yeux comme rarement au cinéma. Je le répète mais c'est vraiment magnifique. Le petit défaut vient surement du visage rajeunie de Jeff Bridges par ordinateur et ça se voit un peu. Mais sinon dans l'ensemble, les effets spéciaux sont d'une grande qualité.
Une autre consolation est la Bande-Originale crée par les français de Daft Punk. On s'en doutait un peu mais c'est en totale adéquation avec l'univers de Tron. C'est vraiment du bon travail. D'ailleurs, sincèrement, je pense que la musique rehausse le niveau de certaines scènes voir même  l'ensemble du film.


Tron : l'héritage est une suite acceptable mais qui n'apportera surement rien au cinéma comme l'avez fait en son temps le premier Tron. Comme son prédécesseur, il lui aurait fallu un scénario beaucoup plus travaillé, intéressant. Cependant, visuellement, c'est époustouflant. Sans oublier la BO parfaite de Daft Punk.
On regrettera peut-être aussi le manque de charisme de l'acteur qui joue Sam Flynn, Garrett Hedlund, même si je trouve qu'il fait correctement son travail. C'est toujours un plaisir de voir Jeff Bridges même si il fait le service minimum. On regrettera aussi les allusions à des œuvres de science-fiction comme Stars Wars.
Pour finir, c'est un divertissement honorable mais qui souffre énormément à cause de son scénario et d'une réalisation parfois perfectible.

Garrett Hedlund. Walt Disney Studios Motion Pictures France





Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hérodonte 23/02/2011 13:12

Si j'apprécie ce film malgré ses défauts c'est, comme j'ai pu le lire sur des blogs, que j'avais l'impression de retrouver un plaisir d'enfant. Je ne serais expliquer pourquoi...

Jérémy 20/02/2011 13:55

Oui du divertissement assez honorable mais le scénario reste trop léger, et la mise en scène n'a rien d'extraordinaire hormis dans ses quelques séquences d'action irréprochables. Les grosses productions américaines peuvent faire beaucoup mieux je pense.