Twilight - Chapitre 1 : fascination

Publié le par Herodonte

Summit Entertainment

Synopsis : Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l'Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s'attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d'une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l'un d'eux, Edward Cullen. Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : lorsque Isabella comprend que Edward est un vampire, il est déjà trop tard.

Mon Avis :

Il est assez difficile de parler de Twilight puisque d'un côté on a les fans qui deviennent un peu fou dès qu'on critique leur film et de l'autre ceux qui t'insultent parce que tu as oser regarder le film (" Bouh ! C'est la honte !!"). Personnellement, je pense qu'il faut regarder de tout même ce qui semble assez pathétique. Et surtout éviter de porter un jugement sans avoir vu le film.

Catherine Hardwicke est la première à s'atteler à l'adaptation de la saga Twilight.Catherine Hardwicke qui a fait des films plutôt correctes comme Thirteen ou encore Les Seigneurs de Dogtown. Et en voyant Twilight: fascination, on se demande si ce n'était pas un coup de chance...

Le film commence assez mal. Dès l'ouverture, c'est de mauvais goût. Une biche qui court, finit par se faire attraper par un vampire qu'on devine être Edward avec en voix-off celle de Bella qui déblatère sur le sacrifice de soi pour une personne qu'on aime... On entre dans le vif du sujet mais c'est vraiment maladroit. Cela donne à la séquence un certain ridicule. Malheureusement, le film va cultiver ce ridicule tout le long.

Bella quitte sa mère pour se retrouver avec son père dans un coin paumé et humide des États-Unis. Elle se retrouve dans un lycée, au beau milieu de l'année, où elle ne connait absolument personne. Et c'est là que le scénariste et la réalisatrice se plantent totalement. Pendant une demi-heure, on va assister à des scènes où on comprend pas vraiment pourquoi ça se passe comme ça. Bella arrive et hop cinq minutes plus tard, elle a une bande de potes. Hop et 10 minutes plus tard, Elle est amoureuse et Edward lui sort des lignes que je trouve complétement ignobles "- Tu es comme ma réserve personnelle d'héroïnes.". Je ne suis pas contre des déclarations d'amour mais c'est vraiment ridicule. Un enfant en sixième pourrait mieux faire. C'est vraiment mal écrit. On enchaîne vite, on ne pose pas la situation et au final, on ne comprend pas cette attirance. Selon ce que j'ai pu lire sur le forum, dans le livre ça dure des mois. Pourquoi ne pas l'avoir retranscrit à l'image ?!

Kristen Stewart et Robert Pattinson. Summit Entertainment

Il y a un problème de montage mais globalement, tout la mise en scène est assez bancale. Parfois, j'avais l'impression de me retrouver devant un film amateur. Visuellement, Catherine Hardwicke donne à l'image un aspect assez bleutée pour retranscrire surement le climat rude de l'endroit mais aussi ce côté un peu glacial des vampires. Je trouve le résultat pas très convaincant voir un peu laid par moment.
Une idée, à mon avis, sous-exploité dans le film est l'espace. Un espace assez intéressant avec une forêt humide, vraiment austère avec aux alentours des plaines mais aussi des montagnes qui aurait pu donner un certain cachet au film mais la réalisatrice s'en moque un peu. On le voit assez rarement, on ne sent pas l'ampleur du décor qui est idéal pour faire monter la pression, angoissé Bella et les spectateurs avec.
L'angoisse, la peur sont justement ce qu'essaye de faire ressentir Hardwicke mais c'est gâché par une réalisation minable, c'est le mot, comme cette séquence où Bella et Edward se retrouve dans la forêt. Caméra face à Bella tournant le dos à Edward qui se rapproche tout doucement pendant qu'elle réalise que celui-ci est un vampire... Et la réalisatrice décide de couper la scène au lieu de la laisser continuer pour faire un travelling circulaire autour des deux personnages qui ne sert strictement à rien à part couper un éventuel frisson qui viendrait de cette peur du vampire.
Les scènes de meurtre sont aussi ridicule. Je répète ce mot mais c'est vraiment le cas. Ces méchants vampires qui osent sucer du sang ne font pas peur.
D'ailleurs, les scènes d'actions sont vraiment assez mauvais dû à des effets spéciaux un peu cheap. La scène de bagarre de fin est assez pitoyable.
Palme de la scène la plus ridicule du film: celle de la partie de base-ball.
Sincèrement, Catherine Hardwicke a fait du très mauvais boulot. Peut-être dû à l'aspect commerciale et donc à la pression des producteurs. On ne le sera probablement jamais.

Kristen Stewart et Robert Pattinson. Summit Entertainment

Cependant, suite à cette avalanche de mauvais points, il y a quand même des points positifs. Peu nombreux mais qui méritent d'être citer.
La B.O est dans l'ensemble plutôt bonne. Pour ce qui est de la musique d'ambiance, Carter Burwell fait un travail plutôt convaincant et les nombreuses chansons qui parsèment le film sont plutôt sympa avec ce côté pop-rock.
Autre point positif, Kristen Steward. Elle est vraiment agréable à voir jouer et si elle arrive à effacer quelques tics, elle peut devenir une actrice qui dure dans le temps. Contrairement à son compagnon, Robert Pattinson qui est vraiment mauvais dans cet opus. Malgré qu'il représente plutôt bien l'idée que la plupart des gens se font des vampires, c'est à dire assez charmant avec un aspect un peu efféminé, il est vraiment mauvais. J'avais de la peine pour lui.

Pour finir, je voudrais en venir sur le fond de Twilight. J'entends les mauvaises langues prononcer que Twilight n'en possède pas mais je pense qu'il en a un minimum. Et ce fond, je le trouve assez douteux. Je m'explique. On peut voir dans le film une métaphore de la peur de la première fois, une apologie ( Le mot est peut-être trop fort, je l'accorde)de l'abstinence et du mariage. Impression qui se confirme dans le deuxième opus- dont la critique viendra prochainement- mais aussi par les croyances de l'écrivain de la saga Twilight, Stephenie Meyer. Pourquoi pas ! Il n'y a pas une seule façon de penser sa sexualité. Mon seul problème vient du fait que ceux qui transgressent tout ça sont alors vu comme des êtres ignobles et que faire des baisers torrides peut amener à faire quelque chose de mal, que si on le fait avec n'importe qui on ne se respecte pas vraiment... Une phrase de Edward illustre plutôt bien mon propos quand il dit à Bella après un échange de baisers qui aurait pu finir bien plus loin: "- Je ne peux pas me laisser aller avec toi." Le "avec toi" que je trouve important. Sous prétexte qu'il l'aime, il doit avoir un certain respect et donc ne pas faire l'amour alors qu'avec une quelconque fille, cela ne pose aucun problème puis qu'il ne l'aime pas et finalement la respecte assez peu pour pouvoir la "mordre". C'est assez limite. Peut-être- surement même- que je me prends un peu trop la tête.

Twilight est un film vraiment mal réalisé, mal écrit, qui plaira et qui a plus essentiellement aux personnes en mal de romantisme. Malheureusement, le romantisme du film est assez faiblard et n'offre finalement rien de nouveau.
Suite à la prochaine critique sur le second opus, Tentation...
Kristen Stewart et Robert Pattinson. Summit Entertainment


Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article