Une vraie jeune fille

Publié le par Herodonte



Synopsis : Alice Bonnard vient passer ses vacances chez ses parents dans les Landes. Ils possèdent une scierie ou ils emploient un jeune garçon, Jim. Alice se sent très attirée par le jeune homme.

Mon avis :

Je ne connaissais que le personnage Catherine Breillat ( La réalisatrice du film) et je me suis fait la promesse de m'intéresser à son cinéma. De comprendre pourquoi certaines critiques l'adulent. Et à la fin du film, finalement, une seule question me vient. Si le reste de sa filmographie est de la même qualité, comment réussit-elle à trouver un financement ? C'est une vraie question. Vous l'aurez compris, j'ai détesté son film...

Pourquoi ? Parce que sur des thèmes intéressant comme l'affirmation de la femme ( ou non), la découverte de son corps ou son dégoût, Catherine Breillat met en scène de façon bien lourde un symbolisme qu'elle pense très fin et intellectuel. Par exemple, elle pense surement que c'est d'une extrême intelligence de nous montrer une jeune fille, au milieu des années 70, qui prend un œuf - qui n'a pas encore atteint la maturité - et qui le casse dans sa main. Comme si le spectateur n'allait pas comprendre de quoi il retourne...
Je trouve Catherine Breillat très grossier dans le traitement du fond de son film.

Je n'ai pas aimé également parce qu'on a un peu l'impression que Breillat met en scène ses propres fantasme de bourgeoise dans un milieu rural. On se met à regarder les clichés qu'on retrouve dans des romans roses. L'attirance qu'elle a pour le phallus de son père, le vélo source d'érotisme et j'en passe...

Film inintéressant où même la technique a énormément de défauts. Tout est grossier, c'est prétentieux.Breillat se veut provocatrice, scandaleuse mais elle éveille en moi qu'un simple bâillement d'ennui. Seul bon point du film est l'actrice principale qui arrive par moment à dégager une certaine candeur, une certaine aura.






Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article