Yojimbo : Le Garde du Corps

Publié le par Herodonte



Synopsis : Au milieu du XIXe siecle, le samourai Sanjuro loue ses services a une des bandes qui règnent sur un village au détriment des villageois. Voyant qu'on veut se débarrasser de lui après qu'il eut accompli la sale besogne, Sanjuro va décimer les deux bandes qui se déchirent le village.

Mon avis :

Ancien Samourai, Sanjuro, est devenue un mercenaire qui se retrouve par hasard ( Il choisit sa destination selon la direction que prend un baton de bois qu'il lance) dans un village où deux bandes s'entre-tuent chaque jours pour avoir un peu plus le contrôle de celui-ci. Évidemment, tout ceci nuit aux habitants mais surtout aux autres commerçants. Sanjuro, dont l'action n'est pas régit par la bonté, décide de se faire de l'argent sur le dos de ses deux bandes rivales qui pensent que ce mercenaire pourra régler au plus vite ce conflit... Sauf que Sanjuro joue sur les deux tableaux...

Personnage qui inspira ceux de Sergio Leone, Pour une poignée de dollars étant un remake ( plagiat pour certains) de Yojimbo, par son cynisme, son détachement par rapport aux autres. Sanjuro est, pour l'époque, très moderne et ravit les spectateurs las de voir des héros toujours parfait. Ici, seul l'argent compte. A travers ce film, Akira Kurosawa pose un regard parfois très pessimiste sur l'homme. Cupidité, Luxure, Envie et autres pêchés sont la seule façon de vivre de ses personnages. D'ailleurs, les "nobles sentiments" sont des preuves de faiblesses comme en témoigne une des actions du personnage principal.
Malgré tout ça, on remarque bien que Akira Kurosawa déteste la violence qu'engendre cette envie de pouvoir. Les personnages hésitent et quand elle démarre, c'est pour mieux s'arrêter d'une façon très rapide, précise.

Bien sûr, tout ceci ne serait rien sans cette maitrise dans la réalisation de Kurosawa. Toujours cette vision de l'espace aussi parfaite. D'ailleurs, tout comme le film, la réalisation appuie sur les deux équilibres que sont les deux bandes, avec au milieu Sanjuro qui jugent les deux partis comme le montre si bien la première grande confrontation. Kurosawa respecte cet équilibre dans sa mise en scène jusqu'au fameux élément perturbateur qui brisera cet équilibre pour créer une sorte de furie anarchique dans le village.

Yojimbo est le film qui marquera la naissance du cinéma spaghetti. Film que Sergio Leone s'inspirera pour créer sa trilogie du dollars ou encore Il était une fois dans l'ouest.  Il serait bon de rétablir cet œuvre de Kurosawa ou tout simplement l'ensemble de ce cinéaste dans l'imaginaire collectif car c'est grâce à ce genre de film, moderne et cynique, que le cinéma occidentale a pu avancer.




Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article