l'Art d'aimer

Publié le par Hérodonte

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/80/32/19820611.jpg

Mon avis :


L'amour est un thème maintes et maintes fois visitée au cinéma et notamment par Emmanuel Mouret ( Un baiser s'il vous plaît, Fais-moi plaisir), réalisateur de l'Art d'aimer. Un projet qui partait avec de mauvais points, pour moi, par son côté " film de thèse bourgeois" et film chorale qui peut déséquilibrer un sujet si on le gère assez mal. Et je n'ai pas complétement tort.

   On remarque assez vite les faiblesses. Toutes les histoires n'ont pas la même importance comme celle des sexagénaires qui ne doit durer qu'une quinzaine de minutes.
La théâtralité du jeu des acteurs, les maximes redondantes entre les séquence et les dialogues insufflent au film un aspect artificiel exaspérant. Ce qui n'est pourtant pas du goût du réalisateur puisque celui-ci dit à qui veut l'entendre qu'il a cherché la véracité, à montrer au cinéma le véritable amour et non un simulacre ou un déguisement enjoliveur de ce sentiment indispensable à l'Homme. Pourtant, il est évident qu'il n'y parvient pas à cause d'une vision de l'amour un peu étroite, analysée par le seul prisme de la sexualité. C'est très important dans un couple mais ne voir que ce côté-là... Sans compter que la sexualité vu par Mouret questionne uniquement les classes sociales supérieures et il ne possède donc pas la légitimité d'une réponse universelle. Vous l'aurez compris, on en mange du bobo arty qui se pose des questions existentielles comme " on devrait niquer à droite, à gauche pour voir si on s'aime vraiment"...

   Néanmoins, dans ce marasme intellectuel, il y a des choses à sauver.
Tout d'abord, les acteurs. Cela reste un plaisir de voir François Cluzet, Julie Depardieu (j'assume) ou encore Pascale Arbillot. Comme je le dis plus haut, c'est des compositions théâtrales ou grossières mais c'est réellement agréable de voir des têtes connues qu'on apprécie.. Et l'ensemble du casting est dans la même lignée ( Frédérique Bel, Ariane Ascaride, Philippe Magnan, Judith Godrèche etc etc).
Ensuite, ce n'est pas totalement déplaisant. c'est parfois même drôle notamment François Cluzet et sa frustration. Le temps passe vite puisque le réalisateur a eu la bonne idée de compacter l'Art d'aimer en 1H20. C'est bien vu, ça évite l'ennui et/ou l’indigestion.
Enfin, et surtout, c'est le segment Isabelle/Amélie/Boris qui apporte enfin de l'émotion à un film qui en manque cruellement. Depardieu est absolument touchante dans le role de cette femme timide et maladroite. On regrettera peut-être une fin convenue qui empêche une totale satisfaction mais cette partie du film est plutôt une réussite.

L'Art d'aimer est ni désagréable, ni agréable.  C'est un film, dans son ensemble, sans relief avec quelques petits moments sympathiques. Il est à voir si vous n'avez rien d'autre à faire...

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/80/32/19805625.jpg

3 e¦ütoiles

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pierreAfeu 07/12/2011 12:01

Nous sommes tout à fait d'accord, sauf qu'au final je me montre plus sévère que toi...

selenie 03/12/2011 14:50

Emmanuel Mouret réalise une belle description sur les méandres des sentiments mais le jeu des acteurs manque de naturel. Une bonne fantaisie un peu trop superficielle en sommes... 2/4

Claire 29/11/2011 23:42

Moi aussi j'ai galéré pour écrire cette critique!!