Tous les garçons aiment Mandy Lane

Publié le par Hérodonte

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/64/74/96/19463243.jpg


Mon avis
:

Premier film d'un réalisateur alors inconnu, et peut-être toujours, Jonathan Levine. Un réalisateur qui se fait connaître à travers plusieurs festivals grâce à All the boys love Mandy Lane ( titre original). Sorte de slasher en apparence classique mais qui se révèle finalement bien plus que ça. A mon grand désarroi.

   Tout commence normalement. Un premier traumatisme qui marquera le reste de l'histoire. Une soirée alcoolisée. Un jeune homme se tue en essayant d'impressionner la vierge, sensuelle et sublime Mandy Lane incarnée à la perfection par Amber Heard. Une fille dont la seule présence envoûte femmes et hommes.
Une année plus tard, Mandy Lane et une bande de copains s'apprêtent à passer un week-end dans le ranch perdu de l'un d'entre eux. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu car un tueur veille à pimenter le séjour de ses adolescents.

   A travers la désaturation des couleurs, le réalisateur semble poser sur cette jeunesse parfaite ( en surface) un regard désabusé. En effet, sous les allures de petits américains parfaits, ils sont en proie à des pulsions, des frustrations, des peurs dont le seul moyen de les appréhender est de se mettre une "mine" avec diffèrents moyens ( drogue, alcool etc etc). Et finalement, le film s'avère être une thèse sur la jeunesse américaine contemporaines plutôt qu'un slasher ordinaire car Jonathan Levine abandonne très vite le genre ( il dévoile l'identité du tueur au bout de 45 minutes) pour se concentrer uniquement sur un questionnement " Que devient la jeunesse ?". Un thème sur lequel je reviendrai un peu plus tard.

   Mais je reviens sur la partie slasher qui reste intéressante sur la forme. Une forme qui nuit paradoxalement à cette partie.
Intéressant parce qu'on a peu vu, dans le genre, un film aussi travaillé dans sa mise en scène dernièrement. Il y a des idées qui donnent parfois du bon comme une scène de poursuite, en pleine journée, du tueur en voiture contre un fuyard. Assez saisissant. Des effets optiques comme cette scène où Mandy Lane sort de la maison, contre-plongée donnant l'impression d'une fille minuscule face à l'immensité d'une maison menaçante.
Malheureusement, à force d'être un peu maniériste avec la mise en scène, Levine ne permet pas à la tension de s'installer. Il parasite les scènes de meurtre et n'arrive pas à rendre charismatique son tueur. Cela amène alors l'ennui. Un ennui qui s'en va et qui revient au gré des moments. C'est un peu déroutant.
Mais de toute façon, le réalisateur préfère sa question sur laquelle il théorise depuis le début du film.

   Il y répond de manière étrange. Pour lui, la jeunesse contemporaine est psychotique, meurtrière, jamais innocente et dont son seul moyen de s'en sortir est de se rattacher à la figure de l'adulte comme le démontre "l'attirance" presque immédiate de Mandy Lane pour le garçon de ferme, Garth. Une phrase un peu réactionnaire vient à l'esprit du réalisateur : "c'était mieux avant". Une impression confirmée par le générique de fin et de la chanson de Bobby Winton "Sealed with a Kiss".

Tous les garçons aiment Mandy Lane est une oeuvre hybride s'appropriant les codes du genre, s'en inspirant mais en se détachant pour dresser une peinture contemporaine de la jeunesse. Cependant, comme toute oeuvre hybride mal maîtrisée, on assiste à un film un peu mou ne sachant quoi faire dans sa schizophrénie. Et c'est pas le twist final qui va aider même s'il m'a surpris. C'est dommage. Néanmoins, avant de finir, je n'ai qu'une chose à dire. Je t'aime Mandy Lane !!!

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/64/74/96/18802107.jpg

3 e¦ütoiles

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

heavenlycreature 14/11/2011 10:43


"All the boys..." a effectivement quelques défauts mais malgré tout, je lui trouve énormément de charme. C'est vrai que la mise en scène y est vraiment travaillée, ce qui détonne un peu avec le
"genre" du film mais qui lui confère une identité vraiment propre. si ça t'intéresse : http://lesfilmsdefab.over-blog.com/article-boys-love-mandy-lane-82349733.html


Hérodonte 14/11/2011 12:32



Il a un certain charme mais c'est pas suffissant à mes yeux.
J'ai laissé un commentaire sur ton article. :)



Chris 11/11/2011 23:56


On m'a déjà perlé de ce film et j'aimerais beaucoup le voir. Le prochain de film du réalisateur sort bientôt : 50/50.


Hérodonte 12/11/2011 00:25



Je suis dans ma période slasher et c'est donc par un pur hasard que j'ai vu ce film. Je n'avais même pas vu que 50/50 de ce même Jonathan Levine faisait partie du festival...
Je le trouve dispensable mais après, ce n'est que mon avis. De plus, le blu-ray ne coûte pas trop cher. C'est peut-être un bon moyen de se faire un premier avis sur le réalisateur.